Ça danse dans la rue

by Jean GLOB

La météo c’est chaud! C’est beau et c’est froid.

On danse dans la rue et on grève tous de meilleurs lendemains.

Les mineurs chilien sont sortis, enfin presque tous pour l’instant. « De mémoire de journaliste je n’ai jamais vu ça! », raconte l’autre zigue à la télé. Et le monde entier regarde.

 

 

Une fête de 30000 personnes devrait être organisée sur la place de San José. S’il vous plait, doucement les basses!

 

La grève est un succès ;

la participation en hausse selon les journalistes.

Un record selon les organisateurs.

Beaucoup moins selon la police.

Mais après ? Un gréviste continuerait bien mais il n’a pas les moyens. Les syndicats ont bon espoir, le blah blah des politiks et le mépris gouvernemonumental continue.

Une journaliste demande à un expert : « un nouveau 68? »

Ha, ha, ha! 60, 62, 65, 68 ans… 1968 ans!

Ayez peur, ayez peur les gens!

Après les bonnes nouvelles, la Peur!

Le métro? En otage les usagés.

Le pétrole? La pénurie envisagée.

Les jeunes? Poubelles calcinées et verre brisé.

A Metz, se faire opérer du coeur est plus dangereux qu’ailleurs. 19% de décès là-bas, 7% est la moyenne en France. Mais les Bleus ont gagné…

Demain on reparlera peut-être des touristes japonais que des terroristes veulent faire sauter sous la Tour Eiffel.

D’ici là, fais un break et danse!

 

 

Break Machine – Street Dance