Crooked Cops

by Jean GLOB

Globbers et Globettes, sachez qu’il n’est pas dans mes habitudes de faire ce genre de choses. Ca va à l’encontre de mes principes. Car oui, j’ai des principes, moi. Même s’ils sont parfois flexibles.

S’acharner sur un homme. Trop peu pour moi.

Passons la condamnation pour injures raciales, les déclarations mensongères sur la pagaille neigeuse ou la pénurie d’essence, la circulaire sur les Roms, des positions sur l’immigration qui sentent le caca, une politique sécuritaire au possible, la voix de son maitre et que sais-je encore… Une tête de colonel SS ? Non pas ça, on ne s’attaque pas au physique, c’est déloyal et je pourrais avoir des ennuis…

Drôle d’histoire que la suivante :

Un pauvre type qui voulait pas s’arrêter au barrage de flics, un flic qui se fait écraser par ses collègues. Des proçès-verbaux falsifiés, des faux témoignages et ce pauvre mec qui se fait accuser d’avoir voulu tuer le flic. C’est facile, c’est trop beau, ça fait bien dans les médias surtout quand ça se passe dans le 93 et le pigeon, lui, risque 10 à 15 ans.

Seulement la supercherie est découverte et ce sont les sept petits poulets qui sont condamnés en première instance, de 6 mois à 1 an, ferme. Justice est rendue.

Des policiers qui manifestent en uniformes, qui font le siège du palais de justice et Brice le Coq (en référence au gallinacé chef du poulailler et non de l’imitateur, quoique) de légitimer leur colère, d’exprimer sa solidarité et de fustiger la décision des juges. Dans la peau du chef de gang plus que dans celle du ministre, il joue le corporatisme contre l’intérêt général et moi ça me dérange un peu… C’est pas bien, c’est mal, c’est moche. Mais on a l’habitude. Hortefeux tout flamme.

Moi j’aime bien les keufs (surtout dans les vieilles séries américaines), enfin j’veux dire dans le lot y’en a des moins pires que d’autres, par exemple, j’ai bien aimé hier le flic à la maternelle (espérons néanmoins que celui-ci ne devienne pas gouverneur, mais là je m’égare!). Passons les garde-à-vue arbitraires, les bavures, les premiers morts en France, au taser la semaine dernière, au flashball il y a deux jours, bavures encore… Bravoure un jour, bavures toujours.

Bref, pour redonner un peu de confiance en cette institution qui en a bien besoin, le ministre de l’intérieur devrait laisser la Justice (une institution qui en a besoin elle aussi) punir les moutons noirs de la police sans critiquer ses décisions, choses que la loi républicaine lui défend.

Alors, que faire si on n’a plus confiance en la police, la justice, le facteur, la boulangère, SFR, le voisin et nos hommes politiques? (car comme on dit, « qui gouverne ne ment ». Quid du gouvernement?) On fait confiance à Jean GLOB.

Il prend l’eau, le premier flic de France en patrouille, et tel un coq en pâte, rouille.

Ma façon de voir les choses c’est qu’entre le trou de la chatte et le trou du cul, il y a un vrai no man’s land. T’as pas d’autre choix. Si tu sors par l’un, t’es un bébé, et si tu sors par l’autre, t’es une merde. En ce qui me concerne, je pense que certains ce sont trompés de trou.