Yes j’te ken!

by Jean GLOB

Remaniement? La sarkomanie ment!

Sarkommence? Non, sarkontinue!

A choisir entre la peste et le sarkoléra, je ne choisis pas le sarkolérique.

Remaniement sinistériel donc :

Un gouvernement «totalement révolutionnaire», s’emballait, ce matin, Christine Lagourde. Ouais c’est ça, un virage à 360°, sa révolution. On tourne en rond et revient au point de départ.

Au revoir et bonjour Monsieur le Premier Sinistre. Tu restes François. Fuyons!

Ciao Borloo, t’y a cru? Ciao Kouchner, il t’a eu.

Ciao Fadela, ni pute ni soumise mais virée. Ciao Rama Yade, ta cote de popularité ne t’aura pas sauvée.

Ciao Woerth, no comment.

Ciao Morin. Et un de moins.

L’ouverture s’est refermée, cap encore plus à droite…

Nouvelle sarkoalition :

Alain Juppé, sinistre d’Etat, sinistre de la défense et des anciens combattants.

Michèle Alliot-Marie, sinistre d’Etat, sinistre des affaires étrangères et européennes.

Nathalie Kosciusko-Morizet, sinistre de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement.

Michel Mercier, garde des sots, sinistre de la justice et des libertés.

Brice Hortefeux, sinistre de l’intérieur, de l’outre-mer, des collectivités territoriales et de l’immigration (ça lui manquait).

Christine Lagarde, sinistre de l’économie, des finances et de l’industrie.

Xavier Bertrand, sinistre du travail, de l’emploi et de la santé. Chômeur, tu la conserveras, pour les autres je sais pas.

Luc Chatel, sinistre de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative.

François Baroin, sinistre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l’Etat, porte-parole du gouverne et ment.

Valérie Pécresse, sinistre de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Bruno Le Maire, sinistre de l’agriculture, de l’alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l’aménagement du territoire.

Frédéric Mitterrand, sinistre de la culture et de la communication. Le neveu à Tonton.

Roselyne Bachelot, sinistre des solidarités et de la cohésion sociale.

Maurice Leroy, sinistre de la ville.

Chantal Jouanno, sinistre des sports.

Eric Besson,  sinistre chargé de l’industrie, de l’énergie et de l’économie numérique. Il reste des travailleurs sans papiers sur internet? La chasse devient industrielle?

Laurent Wauquiez, sinistre chargé des affaires européennes.

Nadine Morano, sinistre chargée de l’apprentissage et de la formation professionnelle.

Pierre Lellouche, sectaire d’Etat chargé du commerce extérieur. Il est bizarre Pierre!

Benoist Apparu, sectaire d’Etat chargé du logement. Il n’a pas disparu.

Georges Tron, sectaire d’Etat chargé de la fonction publique. C’est pas le film avec une BO de Daft Punk.

Thierry Mariani, sectaire d’Etat chargé des transports. Avec lui on ira pas loin.

Frédéric Lefèbvre, sectaire d’Etat chargé du commerce, de l’artisanat, des PME, du tourisme, des services, des professions libérales et de la consommation. Ce sarkocaïnomane je l’aime pas.

Jeannette Bougrab, sectaire d’Etat chargée de la jeunesse et de la vie associative…

Et sarkommence encore et encore, c’est que le début d’accord? D’accord?

Sarkolère gronde encore dans le pays.

Sarkompagnies de CRS, sarkow-boys, sarkontrôlent toujours au façiès. Le sarkommissaire fait des sarkochonneries.

On va pas faire sarkopain-copain. T’es pas efficace, toi pov’con.

On est pas sarkompatible.

Les sarkocu s’en prennent plein le sarkoccyx et sarkoagule pas… Triste sarkonséquence et longue sarkonvalescence!

Sarkoercition, sarkollaboration, sarkolmatage, sarkolonialisme, sarkommando, sarkommunication, sarkomplaisance, sarkomplexe de superiorité, petites sarkombines, sarkorruption, sarkomplicité et sarkonversion, sarkontrainte, sarkompulsion, camps de sarkoncentration, sarkonglomérats. Les sarkonvaincus et autres sarkonsanguins sont sarkontestables.

Sarkontroverse.

Finie la sarkomédie. Plus de sarkombustible.

J’en ai la sarkolique, sarkollapsus sarkontagieux, sarkontracture, sarkontusion. Dommage sarkollaréral dans le sarkollimateur.

Marre de ce sarkoncubinage.

C’est pas une sarkolonie de vacances. C’est un sarkombat de tous les jours. Pas de sarkompassion, de sarkompréhension, de sarkompromission, de sarkonsentement, de sarkoncession, de sarkondescendance, ni de sarkonciliation. Ceci est un sarkomplainte. Mes sarkoncitoyens sarkondamnés, sarkonditionnés et sarkontaminés, je vous le dis, c’est insarkoncevable. Sarkonjuguons-le au passé.

Je sarkonclue :

C’est déconcertant… Antisarkonstitutionnellement.

C’était de l’antisarkozysme primaire, peut-être. Je ne m’en excuserai pas.

Voilà c’est dit, je n’en reparlerai plus.