Desperate Houseband

by Jean GLOB

 

Sur le mur de la cuisine :

Je sais pas si tu t’en souviens mais avec ma Gisèle on avait embauché une femme de ménage. Elle était super bonne mais pas très professionnelle… Elle écoutait la musique à fond, faisait pipi dans la douche et renversait les pots de fleurs. Elle a pas trop aimé, ma Gisèle ; elle l’a virée.
Alors tant pis ! Elle s’est dit qu’on pourrait s’en passer et gérer la situation comme deux adultes. Et puis avec les économies qu’on allait réaliser on pourrait s’offrir des week-ends à Center Parcs tous les mois.
Moi j’ai tout de suite su que c’était pas une bonne idée. Center Parcs c’est pas pour elle : St-Petersbourg, Prague, Vienne, Venise, Istanbul, Dunkerque, voilà ce qu’il lui faut. L’Orient Express en première classe !
Et puis je la voyais pas trop participer à la bonne marche du foyer. « Après tout, pourquoi devrais-je repasser tes t-shirts ou jouer du plumeau ? Et l’égalité des sexes dans tout ça ? Je veux bien passer du pliz sur le piano à queue, sortir les poubelles, couper du bois et braconner du gibier. Mais le reste non ! Y’a pas moyen ! Marre ! »
Mais Gisèle elle n’a pas tenu le coup… Elle ne fait rien. Même pas tondre la pelouse, tailler la haie et partir à la pêche !! C’est une femme moderne et faire le ménage c’est trop XXème siècle pour elle.
Et c’est reparti : « T’as pas fait ci, t’as pas fait ça. Mets ton linge au sale. Fais une machine. Va faire les courses. Range tes affaires. Passe le balais. Repasse. Fais à manger. Sors le chien. Fais la vaisselle. Vide les cendriers. Nettoie les chiottes. Serpillière, chiffon, poussières, aspirateur… Enfin mais Jean, fous moi la paix ! »
Alors j’ai trouver la solution. Comme elle aime bien les Amériques, je pense qu’elle sera heureuse d’apprendre à faire le ménage dans la langue de Cheikh Spear.
C’est pour toi ma Gisèle, avec tout mon amour.
Et de toute façon, samedi soir, tu passes à la casserole !