Dis, on joue à la maîtresse ?

by Jean GLOB

Peter Herbolzheimer – Wild Chick (1974)

Peter Herbolzheimer, Wild Chick, 1974

En hommage à ses enfants qui veulent tout le temps jouer à la « maîtresse », et comme j’en ai un peu marre de faire semblant d’avoir 5 ans, d’aller à la cantine, de devoir lever le doigt, de m’asseoir sur une toute petite chaise, d’être puni et de jouer avec mes petits copains dans la cour de récréation.
J’ai décidé qu’aujourd’hui, c’est moi la maîtresse.

Maitresse, c’est qui Peter machin ?
C’est le gros type blond en cuir noir avec ses lunettes et sa petite écharpe orange, le chef d’orchestre quoi.

Et, maitresse, il fait quoi ?
Il écrit, compose ses morceaux, il dirige les musiciens et parfois il joue aussi (du trombone). Wild Chick est extrait de son album de 1973, Wait a minute.

Mais maîtresse, c’est qui tous les autres?
Y’a Dieter Reith à l’orgue Hammond. C’est un peu le bras droit de Peter, ils ont beaucoup travaillé ensemble. Il a aussi fait de très bons albums solos, comme Knock Out (1975), qui te met littéralement un coup de poing dans la tronche. Derrière sa trompette, un habitué de l’orchestre Herbolzheimer, l’homme à la moustache, l’américain Art Farmer. Grand trompettiste, on lui doit un de mes albums favoris Crawl Space (1977). Et au fond, le percussionniste Sabu Martinez, qui en 1973 a sorti Afro Temple, le meilleur album jazz, vaudou/hiphop de tous les temps.

Maîtresse, c’est où ?
C’est en Allemagne, Peter Herbolzheimer est allemand.

Et, maîtresse comment je fais pour avoir tout ça ?
Google est ton ami, en quelques clics le meilleur est pour toi.