J’suis allergique aux cerises.

by Jean GLOB

Beauregard Violetti & Ste Claire, En Plein Orgasme, 1975

Le groupe Beauregard Violetti & Ste Claire émerge de son Canada natal en 1975. Tu vas me dire qu’avec une telle pochette, facile de faire un peu parler de soi, hein ? Que nenni. Mais, même si l’essentiel est dans le visuel, nos compères canadiens ne se sont pas arrêtés en si bon chemin et ils ont tracé une belle route semée d’embûches qui les a mené loin, loin, loin … si loin qu’ils se sont perdus dans le no man’s land de  ton internet.

Bref, après une pochette prometteuse, un titre d’album alléchant, le tracklisting sonne comme un acte de bravoure. On plonge, non sans une certaine délectation moqueuse, dans un récit romantique, période roman de gare des seventies. On passe de L’Espion à Défais ta blouse puis Ce soir je sens que tout peut m’arriver, sans oublier le fameux Orgasme. De la distinction, j’vous dis.
Non, mais faut pas croire, la disco canadienne de Beauregard ça a du bon aussi. Un petit côté désuet, décalé, qui n’est pas sans charme, le charme de la naphtaline. Ça a un tantinet mal vieilli et ça dépasse difficilement l’anecdotisme d’une disco canadienne érotique et insolite faisant les beaux jours de mix/tape « pointue » comme on dit. Encore mieux que Patsy Gallant.
Malheureusement la bande de Beauregard s’est fait voler la vedette. Le monde est sans scrupule. Les chenapans de Wild Cherry ont piqué leur concept (une cerise/une bouche) et a eux la gloire et la fortune. Signés sur le même label, les américains ont balancé une pochette similaire à celle des canadiens. Chez CBS on n’aime pas le gâchis alors tout ce recycle. Sortie en 76, l’album éponyme de Wild Cherry et leur hymne Play that funky music a été un carton et Beauregard est passé à la trappe.
Ô rage, ô désespoir, le groupe canadien crie sa révolte. Halte au mimétisme, suffit le copitage. Beauregard claque la porte de chez CBS. La rupture est consommée et comme un pied de nez aux cerises en toc de Wild Cherry, sur la pochette de leur second album, un pied délicat chaussé d’une scandale dorée écrase de son talon aiguille une cerise rouge et juteuse qui se répand misérablement sur un trottoir. CBS, t’as compris le message ? Beauregard ne se laissera plus faire désormais.
L’histoire s’arrêtera là. Y’aura pas de troisième album, plus aucune collaboration, c’est fini, terminé Beauregard Violetti & Ste Claire. Ça sonnait bien pourtant.

Et moi, j’avoue faire une overdose de cerise, j’en ai presque développé une aversion, voire même une allergie. Je gonfle et j’suis tout rouge, ça me grattouille dans les plis, j’suis à l’étroit dans mon jean. C’est grave docteur ? Faites quelque chose pour moi ? C’est dans ma tête parait-il. J’m'en fous après tout. D’toute façon c’est plus la saison des cerises.

Beauregard Violetti & Ste Claire, Faites quelque chose pour moi, 1975